Portrait de bénévole: Claude, parrain à la mission locale

 
 
Portrait de Claude

Claude Gérard a deux petits enfants à qui il consacre beaucoup de temps ou celui qui lui reste après ses activités de bénévolat qu’il évalue à 60 % de son temps libre ! Il a été chef d’entreprise, « un patron très social » reconnaît-il dans le second œuvre du bâtiment (étanchéité de toitures), une PMEPetites et moyennes entreprises qui employait une dizaine de salariés.

Juste après sa retraite en 2012, il intègre le réseau ProBTP bénévoles* où il intervient en tant que parrain à la mission locale de Molsheim qui accueille et accompagne des jeunes rencontrant des difficultés d’insertion, mais aussi à l’EPID de Strasbourg (école de la deuxième chance). Il évalue son bénévolat à environ 30 heures par semaine.

Epauler les jeunes dans leur parcours de recherche d’emploi

« Depuis 2013, j’interviens régulièrement à la Mission Locale tant pour les modules d’orientation que pour le nouveau dispositif de la Garantie jeunes. A chaque nouvelle promotion, avec un autre collègue de ProBTP, nous présentons les métiers du BTPBâtiment et travaux publics. Pour ceux qui souhaitent être parrainés, mon appui passe par la rédaction d’un bon CV, d’une lettre de motivation, des simulations d’entretien d’embauche. Il faut aussi travailler sur leur projet professionnel souvent indécis, parfois inexistant. Je leur propose également une méthode structurée pour rechercher un stage ou décrocher un CDD. Et on y arrive » se réjouit Claude Gérard.

Ce dynamique parrain accompagne aussi des sportifs de haut niveau au travers de l’APMSA Grand Est. Actuellement, il parraine une joueuse de handball évoluant en division 1 à Truchtersheim. Son intervention a notamment consisté à l’aider à trouver une entreprise lui permettant de poursuivre en alternance son parcours pour devenir conducteur de travaux.

L’altruisme au cœur de son engagement

« Mon engagement est avant tout une aventure humaine. Il faut aimer la jeunesse si on veut l’aider, l’accepter comme elle est et oublier toutes les caricatures qui existent envers eux car ils sont beaucoup plus motivés qu’on ne le pense ! Je reconnais que certains ont parfois besoin d’être guidés et soutenus… Mais attention à ne pas tomber dans le piège du comparatif des époques. Les jeunes n’aiment pas ce discours. Ce n’est pas parce qu’on a un âge avancé qu’on sait tout. Il faut rester humble.

Le bénévolat a besoin d’être plus valorisé, plus plébiscité pour être plus pratiqué. C’est un challenge sociétal. Le danger est que notre égoïsme fasse que la société ne devienne davantage « du chacun pour soi ». Mais il ne faudrait pas que le bénévolat devienne un palliatif au traitement de la misère de mon pays »

* ProBTP est l’organisme de protection sociale des actifs et retraités du bâtiment qui gère les retraites complémentaires, les loisirs, les vacances des adhérents.