Sécurité publique

Voeux 2015 : intervention du préfet Stéphane Fratacci devant les forces de l’ordre et les sapeurs-pompiers

 

Monsieur le DDSP, Mon Général, commandant le région de gendarmerie d'Alsace, Mon Général (Colonel), commandant les forces de l'opération "Sentinelle", Mon Colonel, chef de corps du SDIS, Monsieur le Directeur de la Police municipale de Strasbourg, Mesdames et messieurs les officiers, sous-officiers et gradés,

Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Demain, un an jour pour jour après l'attaque contre Charlie Hebdo, le chef de l'État présentera ses vœux aux forces de sécurité engagées dans l'opération Sentinelle depuis la cour de la Préfecture de police de Paris. Il le fera à l'endroit-même où il avait, alors, rendu hommage aux trois policiers tués lors des attentats de janvier. Cette cérémonie en pleine semaine de commémoration des attaques contre Charlie-Hebdo, l'Hyper Cacher et les victimes du terrorisme, ne pouvait en effet être autre chose qu'un témoignage de reconnaissance envers les hommes et les femmes dont la vie a été fauchée par le fanatisme, mais aussi à tous ceux qui, jour après jour, dépassent leurs limites afin que leurs concitoyens soient en sécurité et en paix.

L’année 2015 aura été, à n’en pas douter, une année difficile pour les forces de l’ordre de notre pays. Je pourrais la qualifier d’année noire, si deux éléments n’avaient pas contribué à jeter une véritable lumière d’espoir.

Le premier de ces éléments est, bien sûr, la remarquable réaction qui vous a animé face à l’adversité.

Le second, tient dans la réaction de nos concitoyens qui, pour la première fois depuis trop longtemps, ont salué l’abnégation des forces et des services de secours dont ils ont été témoins. La semaine de commémoration que nous vivons n'est pas qu'un hommage officiel, l'hommage d'un appareil, mais bien celui d'une nation toute entière et que marquera dimanche la cérémonie populaire qui se tiendra place de la République, lieu symbolique entre tous. Car vous qui êtes ici, fonctionnaires, militaires, la République vous doit beaucoup.

C’est pour cette raison que j’ai souhaité vous rassembler tous : fonctionnaires de police, militaires de la gendarmerie mais aussi de l’opération "Sentinelle", policiers municipaux et sapeurs pompiers, afin de vous témoigner ma reconnaissance et celle de l’ensemble de nos concitoyens.

À ce propos, je tiens tout d’abord à vous remercier de votre action constante ainsi que de l’abnégation que vous avez démontrée encore une fois en cette période de besoin et d’urgence.

Vous êtes tous militaires, gendarmes, policiers, pompiers, le bouclier et le glaive de la République dans un monde en changement et face à un ennemi qui ne respecte désormais aucune règle.

Face aux nouveaux défis sécuritaires qui se sont tragiquement dessinés au cours de l’année vous avez su protéger les valeurs du Pacte Républicain, en portant l’uniforme vous les avez incarnés, en le payant parfois de vos vies.

Je pense tout particulièrement aux victimes parmi les forces de l’ordre des attentats de Charlie Hebdo. Encore il y a quelques jours, quatre militaires du dispositif Sentinelle en protection à proximité de la mosquée de Valence ont subi l’assaut d’un véhicule et ont été blessés.

Afin de faire face au changement de comportement auquel on assiste, un changement des moyens à votre disposition est également en cours de mise en place.

Moyens humains tout d’abord : le Chef de l’État a annoncé en novembre dernier la création d'ici deux ans de 5000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarme afin de porter le total de création d'emploi de sécurité à 10.000 sur le quinquennat.

Moyens matériels, ensuite: un plan triennal de renforcement des moyens a été annoncé par le Premier Ministre en janvier dernier.  425 millions d’euros de crédits d’investissement, d’équipement et de fonctionnement seront consacrés, au cours des prochaines années. Une partie de ces moyens sera consacrée au renforcement de la protection des policiers (nationaux et municipaux) et des gendarmes: gilets pare-balles et armements plus performants.

Moyens juridiques enfin : le Directeur Général de la Police National a récemment autorisé les policiers à garder sur eux leurs armes en dehors de heures de service. Une proposition de modification du régime de la présomption de légitime défense est à l’étude.

La légitime défense ne peut pas d’ailleurs dépasser les limites constitutionnelles qui l’encadrent : comme l’a dit récemment le Ministre de l’Intérieur, celle-ci s’exerce dans le respect "des principes intangibles de l’absolue nécessité de la riposte et sa proportionnalité".

C’est donc dans le respect des valeurs et des lois de la République qu’il faudra rechercher les réponses les plus adaptées au nouveau contexte de veille sécuritaire qui se profile pour les années à venir.

Année particulièrement tragique, 2015 n’aura pas été, pour autant, moins exigeante en termes de continuité de service et d’engagement au quotidien.

Cet engagement a apporté de réels résultats en dépit de contraintes particulières dont je suis pleinement conscient.

Le bilan de votre action ne saurait, cette année, être sincère sans mentionner en effet les charges exceptionnelles qu’il vous est revenu de prendre en compte.

Je ne citerai que les dernières, les plus prégnantes : missions de surveillance renforcées, rétablissement des frontières en vue de la COP21, avant que le rétablissement des contrôles ne soit rendu nécessaire par les événements qui ont frappé l’île de France, sécurisation du marché de Noël de Strasbourg, dans le contexte qui a suivi les attentats, et auquel vous avez permis d’exister cette année et, bien sûr, la Saint-Sylvestre.

Si cette fin d’année 2015 s’est révélée particulièrement exigeante, vous avez pour autant réussi à remplir les différentes missions qui vous incombent, tranquillité publique, secours, lutte contre la délinquance, tout en poursuivant vos efforts en matière de lutte contre la radicalisation, lutte qui a connu une accélération particulière à la suite de la déclaration de l’état d’urgence et qui a, je le sais, beaucoup exigé de vous, qu’il s’agisse des Forces de Sécurité Intérieur ou des partenaires associés dans le combat contre ce fléau.

Je tiens, à ce propos, à saluer tout particulièrement les services de renseignement, pour la qualité de leur travail qui est indispensable. Ils ont permis de mettre à disposition de l’autorité préfectorale et des différents acteurs une information pertinente et, surtout, partagée. Car je veux souligner l’importance de la coopération qui doit vous animer. Notre monde est complexe, technique, et les problématiques de sécurité, quelles qu’elles soient, ne peuvent désormais être abordées par un acteur isolé et ne peuvent trouver une solution sans échange, sans partage, dans le respect des prérogatives de chacun.

Ce travail partenarial est d’ailleurs le moteur de formations spécialisées telles que le GIRGroupe d'intervention régional, dont je tiens à souligner les excellents résultats, mais il est le socle de notre travail quotidien.

La sécurité est toujours une coproduction, entre services de l’État, forces de sécurité et collectivités.

Je tiens, à ce propos, à réaffirmer l’importance que revêt l’association des élus et notamment des maires, dans la construction et la gestion quotidienne des réponses que vous apportez aux enjeux de sécurité. Elle est indispensable pour la connaissance que les élus sont en mesure de vous apporter de leurs territoires et la complémentarité que permet et qu’apporte la collaboration entre services.

Ce travail partenarial, vous le menez déjà, je le sais. Il faut pourtant l’approfondir.

En matière de bilan, pour ce qui relève de la sécurité intérieure, en effet, l’année 2015 présente une situation globalement positive même si des marges de progression demeurent.

Ainsi, les atteintes aux biens reculent dans le département, à l’instar des infractions économiques et financières ou des faits liés à la grande criminalité.

Ces résultats sont le fruit d’efforts importants, dont témoignent vos taux d’élucidations, constamment supérieurs aux moyennes nationales. Les cambriolages par exemple, dont on connaît l’impact sur les populations, affichent encore cette année un repli et sont ainsi en recul depuis 2010.

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique, elles, sont en augmentation. Cette situation tient aussi, j’en suis conscient, à la mobilisation dont vous avez fait l’objet et qui ont, parfois, conduit à une présence moins importante sur la voie publique. Nous ne pouvons toutefois nous en satisfaire et je compte sur vous, cette année, pour enrayer cette banalisation des violences.

En matière de sécurité routière, le Ministre de l’Intérieur vous avait fixé un objectif ambitieux qui, de peu, n’a pu être atteint (35 victimes au 31/12 contre un objectif de 32 pour l’année 2015). Si ce résultat ne peut être tenu pour satisfaisant, les tragédies occasionnées par la route seront toujours trop nombreuses, il n’en reste pas moins encourageant, la mortalité routière reculant dans le département tandis qu’elle est, à l’échelle nationale, en hausse pour la deuxième année consécutive.

En 2016, j’attends de votre part un engagement accru en matière de sécurité routière.

Ce ne sera pas facile.

La lutte contre la délinquance, les violences, l’insécurité occasionnée sur nos routes par des comportements irresponsables, peut-être perçue comme ingrate et l’on pourrait être tenté de minorer ce combat du quotidien lorsque des événements comme ceux du 13 novembre bouleversent l’actualité.

Ce serait, vous le savez, une erreur.

Si la République doit réagir avec force face aux agressions, et c’est ce qu’elle a fait, notre tâche première est d’assumer la sécurité des Français et il n’y a pas, en ce sens, de petits combats ou de petits résultats.

Vos camarades pompiers, présents parmi nous cette année, le savent, étant souvent les premiers à être appelés par nos concitoyens lorsque ces derniers se trouvent en difficulté. Il n’y a pas de petites situation d’urgence ou de petits risques. Assurer la sécurité réclame anticipation, préparation, réactivité, ainsi qu’une attention de chaque instant ; les plus grandes tragédies pouvant se dissimuler derrière la plus grande banalité.

Cette année en a d’ailleurs à plusieurs reprises apporté la triste expérience. Je pense ainsi, dernièrement, à la tragédie ferroviaire qui nous a frappé le lendemain des attentats du 13 novembre.

En dépit de toutes les contraintes, cette année a apporté son lot de belles affaires.

Vous avez ainsi activement lutté contre les trafics qui alimentent la criminalité et dont on connaît par ailleurs la perméabilité avec les milieux radicaux.

Ainsi, dans le département, vous avez saisi plus de 300 kilogrammes de résine de cannabis, 35 kg d’héroïne, près de 3kg de cocaïne et de nombreux produits de coupes, plants, numéraires ou bijoux.

Vous avez permis la saisie d’avoirs criminels, mobiliers, comme immobiliers, y compris à l’étranger, et ainsi rappelé aux milieux délinquants que bien mal acquis ne profite jamais, ou tout du moins pas éternellement. Ce message est particulièrement important à l’heure où beaucoup de nos concitoyens luttent pour faire face à une situation économique particulièrement délicate.

Vous avez contribué à démanteler des filières organisées qui commettaient trafics, cambriolages, vols à la roulotte, fraudes ou escroqueries au préjudice des plus vulnérables de nos concitoyens.

Vous avez assumé la sécurisation des nombreuses manifestations et des non moins nombreux voyages officiels dont peut s’enorgueillir le département, dont 4 visites du Président de la République.

Enfin, épaulés par les militaires de "Sentinelle" et par la police municipale, vous avez assuré avec succès la sécurisation au long cours des lieux de cultes, usines SEVESO ou événements majeurs.

Je vous demande de persévérer dans vos efforts en 2016 en accroissant, comme je vous l’ai dit, le travail collaboratif. J’attends beaucoup de votre engagement à travers les structures telles que le CoDAF ou le GIRGroupe d'intervention régional, qui sont des outils d’une réelle efficacité, ou par le renforcement des liens avec les élus. Mais je pense aussi à la coopération qui a présidé à la gestion du marché de Noël, ou a celle que nous mettons en place à l’occasion de la Saint-Sylvestre, et où l’articulation des forces de l’ordre, des militaires et des pompiers garantie, dans un esprit de sécurité optimale pour tous, la meilleure sécurité possible à ceux de nos concitoyens qui n’aspirent qu’à vivre paisiblement.

Je souhaite enfin que la lutte contre la dérive radicale, contre les comportements communautaires visant à créer des zones d’ombres dans la République, soit poursuivi avec force.

Je connais votre professionnalisme, votre souci et votre sens de l’intérêt public, votre abnégation, et je sais pouvoir compter sur votre mobilisation.

Ce pays dispose de forces armées, de forces de sécurité et de services d’intervention et de secours d’une qualité unanimement reconnues, parfois bien au-delà de nos frontières et je sais que vous serez, tous, à la hauteur de ces enjeux.

C’est avec beaucoup de solennité et de gratitude que je vous adresse mes vœux les meilleurs de santé, d’équilibre personnel et d’épanouissement professionnel.